Story : Comment les bières de Noël sont nées ?

Biere-Noel

Les fêtes de fin d’année approchent à grands pas, c’est normalement le moment de se réunir, de faire plaisir à ses proches et de se remémorer l’année. C’est aussi une période gourmande où le froid nous pousse à quelques petites folies gustatives, des plats plus riches, plus élaborés, souvent accompagnés de boissons qui viennent sublimer un peu plus ce que l’on a dans l’assiette. On pense bien évidemment au vin rouge, au vin blanc ou au champagne. Vous vous doutez bien que sur ce blog je ne vais pas faire un focus sur ces délicieux breuvages. Ici, nous allons bien évidemment vous parler de bière ! Mais pas n’importe quelle bière. La bière de Nöel ! 

Dans ce billet, nous allons découvrir ensemble comment ce style est apparu, comment les grands groupes l’ont marketé et enfin comment la scène craft beer (bière artisanale) a repris du poil de la bête. Je terminerai par mes bières de noël favorites. C’est parti ! Story !

La bière, un produit de saison

Il fut un temps où la bière était un véritable produit de saison*. Le houblon étant récolté bien souvent en Septembre. En effet, les brasseurs achetaient toutes les matières premières pour leur année entre mi Septembre et mi Octobre. De nouvelles matières premières arrivaient dans les brasseries, mais elles possédaient encore du stock de vieux houblon et de vieux malt à cette période de l’année. Afin de faire de la place et de ne pas gaspiller, ils réalisaient un brassin avec les “restes”. La matière première n’était plus de 1ère qualité, et les brasseurs eurent comme idée d’y ajouter des épices comme de la cannelle, des graines de coriandre, des écorces d’orange ou encore du gingembre. Finalement, un pain d’épices liquide.

Ils offraient ces cuvées au moment de noël à leurs employés et à leurs meilleurs clients. C’est ainsi que la dénomination de bière de noël prit tout son sens. 

* La bière est toujours un produit de saison mais les méthodes de conservation des matières premières se sont améliorées.

L’arrivée des bières de noël dans nos rayons

Noël devenant une fête de plus en plus commerciale, les grandes brasseries industrielles saisirent l’opportunité pour offrir elles aussi un gamme de bière de noël. Bien souvent, elles repartent d’une recette déjà bien maîtrisée et y ajoutent du sirop de glucose et des colorants. Bref, rien à voir avec l’esprit initial de la bière de noël. Néanmoins, j’y vois tout de même un avantage, les bières de noël ont poussé les consommateurs à sortir des bières conventionnelles et personnellement, même si je ne bois que très rarement des bières industrielles, c’est aussi grâce à ces bières que j’ai commencé à m’ouvrir à de nouvelles saveurs. J’espère néanmoins que pour cette année vous vous laisserez tenter par des bières artisanales 🙂

La bière de noël dans la scène craft

Le profil d’une bière de noël est bien souvent similaire, une bière assez forte, au moins 7%, très ronde donc peu amère, avec une dominance de céréale, un goût caramélisé et épicé. Mais certaines brasseries veulent casser les codes de ce profil type, je pense par exemple à la brasserie écossaise Brewdog qui, avec sa Hoppy Christmas offre une IPA habillée de sa plus belle robe de noël. Autre exemple, la brasserie Meteor propose sur le marché de Strasbourg un bière de noël chaude. Oui oui vous avez bien lu ! Une bière chaude. Elle ne possède pas de mousse et l’amertume se fait ressentir en fin de bouche. Les brasseurs amateurs sont souvent très créatifs, et il y a à présent sur le marché de nombreuses bières originales.

Mes bières de noël favorites

Cette sélection sera très typée bières belges car c’est ce que j’ai le plus goûté, mais je pense cette année m’ouvrir à d’autres contrées.

La Bush de noël :

Ma bière de noël favorite ! Sa robe est sublime, son odeur très gourmande. On retrouve un goût prononcé de caramel. Cette bière existe depuis 1991 et est brassée dans la célèbre brasserie Dubuisson (Cuvée des trolls, Surfine, Bush) basée à Pipaix en Belgique, et plus particulièrement en Wallonie. D’ailleurs, la brasserie Dubuisson est la plus vieille brasserie de Wallonie, fondée en 1769, la brasserie nous ravit avec cette petite pépite qui me procure toujours une émotion. A consommer avec modération tout de même car elle titre à 12%.

La Saint-Bernardus Christmas Ale

Un petit bijou, un équilibre, une robe très foncée pour une mousse blanche. Cette bière attire l’oeil et on a envie de la déguster. En bouche on ressent aussi les épices. Des goûts de fruits confits font leur apparition. D’une rondeur exceptionnelle, on la sirote dans un endroit cosy et chaleureux pour l’apprécier encore plus. Là encore, il ne faudra pas trop en abuser car ses 10% peuvent vite vous permettre de croiser le père noël.

Anosteke cuvée d’hiver

Pour être franc, je n’ai jamais goûté cette bière, mais je peux vous dire que je vais le faire. Fan de la gamme Anosteke au global, j’ai très envie de goûter ce breuvage qui, je pense, ravira mes papilles. Sur le site de la brasserie du pays flamand, on y indique qu’au nez on ressent des odeurs de caramel, de pamplemousse et de fruits exotiques. Il n’en faut pas plus pour éveiller ma curiosité. En bouche on y trouve apparement une attaque maltée qui laisse peu à peu place au caramel. Je ne parle même pas de sa couleur ambrée scintillante. Je vais m’en procurer c’est certain, alors n’hésitez pas à me suivre sur Instagram pour y découvrir mon avis.

Beer Food & Sound, from Lille to everyone.

Si vous voulez être au courant de toutes nos actualités, suivez-nous sur Facebook eInstagram !

Partager cet article

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces HTML Tags et attributs : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*
*